URBACT : le rôle des élus et les concrétisations locales

Le 27 avril dernier, j’ai participé à un “webinaire” consacré au programme européen URBACT, où j’ai eu l’occasion d’évoquer le rôle décisif que les élus pouvaient y jouer en tant que relais vers plusieurs niveaux de pouvoir.

J’y ai également évoqué le travail en cours sur nos territoires : le GAL “Pays des Condruses” et DEVENIRS sont ainsi particulièrement impliqués dans le projet BioCanteens (via les “cantines rebelles”).

URBACT

URBACT est un programme européen d’échanges et d’apprentissage entre communes dont l’objectif est d’élaborer des solutions pour faire face aux grands enjeux urbains et ruraux. Par la mise en réseau des municipalités européennes, le renforcement des compétences et la capitalisation des bonnes pratiques, il soutient les décideurs publics et les acteurs de terrain, pour faire émerger des solutions durables intégrant les dimensions économiques, sociales et environnementales du développement urbain.

LEPUR

Le Lepur est un Centre de Recherche sur la Ville, le Territoire et le Milieu rural qui fédère des Unités de recherche, des chercheuses et des chercheurs spécialisés dans le domaine du développement territorial à l’Université de Liège. C’est son expertise en la matière qui en a fait le point de contact national belge pour URBACT, et c’est à ce titre que le Lepur a organisé ce webinaire du 27 avril.

BIOCANTEENS

Le projet BioCanteens vise à assurer la distribution de repas scolaires durables dans les villes et communes participantes, comme un levier-clé vers le développement d’une approche agroalimentaire locale intégrée, protégeant à la fois la santé des citoyens et l’environnement. Ça consiste notamment à transférer les bonnes pratiques de la ville française de Mouans-Sartoux (à l’initiative du projet) dans le domaine de la restauration collective scolaire, vers d’autres villes et communes très engagées à travers l’Europe. La bonne pratique de Mouans-Sartoux repose sur la distribution quotidienne de repas 100% bio, majoritairement composés de produits locaux, la réduction drastique du gaspillage alimentaire compensant ainsi pleinement le coût plus élevé du passage aux produits bio, et l’organisation d’activités pédagogiques dédiées.

Les villes et communes participantes sont, outre Mouans-Sartoux (France) : Vaslui (Roumanie), Trikala (Grèce), Rosignano Marittimo (Italie), Torres Vedras (Portugal), Troyan (Bulgarie), et les sept communes du “GAL Pays des Condruses” (Anthisnes, Clavier, Marchin, Modave, Nandrin, Ouffet et Tinlot), grâce à la collaboration du GAL avec l’asbl DEVENIRS.

Pour en savoir plus : Les cantines rebelles

Partagez cet article :

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print
Share on email
Scroll to Top